Archives mensuelles : juin 2016

La Réception du Gothic Revival en France : Étude des notices de dictionnaires sur la famille Pugin

La famille Pugin, étudiée dans cet article, est composée d’Auguste-Charles Pugin (1762-1832), d’Augustus W.N. Pugin (1812-1852), le fils d’Auguste, et d’Edward W. Pugin (1834-1875), fils d’Augustus et petit-fils d’Auguste. Ces trois générations d’architectes et d’artistes ont à la fois travaillés sur des monuments ecclésiastiques, des maisons particulières et des commandes étatiques, notamment le Parlement anglais à Londres par Augustus W.N. Pugin et Charles Barry.

Frère, Édouard (1797-1874). Manuel du bibliographe normand, ou Dictionnaire bibliographique et historique... / par Édouard Frère,.... 1858-1860.

La mention la plus ancienne de la famille date de 1858, dans le Manuel du Bibliographe Normand d’Édouard Frère de 1858-1860, mais la famille Pugin était déjà connue depuis longtemps des deux côtés de la Manche. En effet, une des particularités de cette famille est sa double nationalité, le père Auguste est français mais émigre à Londres au moment de la Révolution française. Il travaille comme architecte mais aussi illustrateur et voyage en Grande-Bretagne et en Europe. Ces ouvrages sont publiés par Rudolph Ackermann, en série dans son journal, The Repository of Art. Augustus W.N. Pugin grandit dans cet univers cosmopolite et voyage lui aussi dans toute l’Europe et notamment en France, comme de nombreux architectes britanniques de son temps. Cependant ses séjours français lui permettent de développer sa pensée et son travail sur l’art médiéval et notamment gothique. Ces liens franco-britanniques s’illustrent dans les notices de dictionnaires qui sont consacrés à cette famille d’architecte et permettent de mieux comprendre la perception du Gothic Revival britannique en France.

 

 

Un mouvement ecclésiastique

 

Le travail de la famille Pugin, notamment d’Augustus W.N. Pugin, est principalement décrit comme ecclésiastique et porte sur ses écrits sur le renouveau de l’art chrétien. Cette facette du travail de l’architecte est perceptible dans les exemples donnés de ces constructions, le Manuel du Bibliographe Normand d’Édouard Frère donne pour seul exemple « la cathédrale romaine de St-Georges-Fields à Southwark ». Le Nouveau Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Anciennes et Modernes d’Édouard D’Ault-Dumesnil (1868) donne lui un total de « 50 cathédrales, églises, chapelles, couvents et collèges » attribués à Augustus W.N. Pugin. Un autre ouvrage daté de 1874, le Dictionnaire Encyclopédique d’Histoire, de Biographie, de Mythologie et de Géographie de Louis Grégoire, parle lui « d’une foule d’édifices religieux ».

Ces différentes mentions montrent les liens forts entre religion et Gothic Revival, le style architectural est au service de la Foi chrétienne. Les raisons plus concrètes de ses liens ne sont guères évoquées dans les notices, on parle d’« art ogival », d’ « art gothique et chrétien » mais le terme le plus intéressant est celui de « catholique ». Le Manuel du Bibliographe Normand décrit l’architecture de Pugin comme « catholique », « un grand nombre d’églises et de chapelles catholiques ». Cette appellation renvoi à la conversion d’Augustus W.N. Pugin au catholicisme et son travail avec de nombreux commanditaires catholiques en Grande-Bretagne, il est notamment fait mention du comte de Shrewsbury. Le catholicisme de Pugin est son plus grand défaut et sa plus grande qulité, il a pu grâce à sa Foi travaillé pour de grands patrons mais cela lui a aussi attiré la foudre de ses contemporains, qui avaient peur du « papiste » Pugin.

Les quelques ouvrages non – ecclésiastiques sont attribués à Edward Pugin pour son travail à Scarisbrick Hall, à la succession de son père. Il est aussi fait état de quelques travaux d’ensembles décoratifs entrepris par Augustus W.N. Pugin, parlement et « les fabriques » qu’il créa pour faire fabriquer ses créations.

 

 

Ouvrages d’architecture

 

Les publications de la famille Pugin sont au centre des notices, à la fois de celle du père, Auguste Pugin, pour ses illustrations à la fois de Londres, Illustrations architecturales des monuments de Londres  (en anglais The Microcosm of London 1808-10) mais aussi de Modèles de l’architecture gothique (Examples of Gothic Architecture). Ces nombreuse publications ont permis à Auguste-Charles Pugin de se faire un nom en France et en Grande-Bretagne, et il est parfois surprenant aujourd’hui de voir son nom mais pas celui de son fils Augustus W.N. Pugin, comme dans le Complément du Grand Dictionnaire de Louis Barré paru en 1853.

Ce travail de récolement et de quasi inventaire des monuments gothiques entrepris par la famille Pugin est à mettre en relation avec l’envie de connaître et faire revivre le Moyen-Âge dans la société victorienne du XIXe siècle. Ces études de terrain permettent aussi de mettre en avant les bonnes méthodes des architectes qui étudient en détail les formes anciennes pour les recréer. La pensée scientifique de l’architecture et des néo styles se mettent en place, la fantaisie doit être rejetée pour faire place à une style scientifique. De plus, leurs ouvrages sont traduits dans les années 1850, et sont souvent cité au côté d’ouvrages de penseurs français comme Adolphe Napoléon Didron. Ce dernier est d’ailleurs un des acteurs principaux dans le renouveau de l’intérêt du publique pour l’art médiéval, notamment grâce aux Annales Archéologiques créées en 1844, le retour aux formes médiévales et gothiques a pour ambition de faire renaitre une société juste et chrétienne, au contraire de la société victorienne que décrie Augustus Pugin dans ses ouvrages. De plus, de nombreuses notices mettent sur le pied d’égalité le travail architectural et les ouvrages théoriques ou d’inventaire. Les deux vont de paire et les ouvrages sont un moyen de propagation des idées de Pugin y compris sur le continent.. De plus dès les années 1830, les historiens français notamment Arcisse de Caumont mettent en avant l’avance des archéologues anglais sur les recherches en art médiéval, et appellent les historiens de l’hexagone à suivre le chemin des historiens anglais.

 

 

 

Les liens avec la France notamment avec la Normandie

 

Dans ces publications un ouvrage revient à plusieurs reprises, Antiquités architecturales de la Normandie (Trad. 1855) ou encore appelé Spécimens des antiquités d’architecture normande, cette publication est celle d’Auguste-Charles Pugin, Specimens of the Architectural Antiquities of Normandy (1827). L’ouvrage est a plusieurs reprises attribué au fils d’Auguste-Charles, Augustus W.N. Pugin dans une confusion des noms que l’on retrouve dans un certain nombres de notices.

Cette mise en avant de la Normandie revient à plusieurs reprises dans les notices, en effet la Normandie est considérée comme l’antichambre anglaise en France. Dès les années 1830, les ouvrages et articles font références aux voyages des architectes anglais en Normandie afin d’étudier les églises normandes gothiques. La Normandie se voit comme un répertoire de formes dans lesquelles les anglais viennent puiser. Une lecture donnée à la Société des antiquaires Normands cite un article du Quarterly Review de 1821, disant que l’auteur aurait « annexé « le Duché » et ses richesses archéologiques à l’Angleterre ». Ainsi, la Normandie et les antiquaires normands sont en premières lignes et sont très intéressés par les travaux des anglais. In semble donc que les travaux des architectes du Gothic Revival sont dans un premier temps passé par la Normandie, et ensuite répandu dans le reste de la France. Cette explication permettrait d’expliquer les multiples mentions des ouvrages sur la Normandie, qui sont alors perçus comme essentiels.

 

En conclusion, les notices mettent en avant les travaux religieux, les publications scientifiques de terrain et les liens avec la Normandie permettent de mieux connaître les attitudes françaises face au style néo-gothique qui se doit d’être de plus en plus scientifique mais aussi un nationalisme sous-jacent. En effet, mettre en avant la Normandie c’est asséner le message que la France est la patrie du Gothique et que les architectes se doivent d’étudier ses bâtiments.